Dans une entreprise sans sexisme ordinaire, qu’est-ce que je n’aurais plus peur de faire ?

Mettons le corporate hacking au service de la cause des femmes et des hommes

Le 3 novembre 2017, les Hacktivateurs sont partenaires de TEDx ChampsElyséesWomen, autour du thème EQUALICITY, pour co-construire des solutions concrètes en faveur d’une plus juste place des femmes dans la société.

L’égalité ne se décrète pas mais se construit ensemble ! Partant de ce constat, l’équipe de TEDxChampsÉlyséesWomen enrichit cette nouvelle édition de workshops qui se dérouleront de 17h à 19h, avant les conférences prévues à partir de 20h. Désireuse d’engager sa communauté à libérer ses idées et développer des initiatives pour plus d’impact, elle s’est tournée vers l’association Les Hacktivateurs pour animer l’un des workshops, consacré à la place des femmes en entreprise.

Je découvre le programme complet

Nous sommes une poignée d’hactivatrices et d’hacktivateurs impliqués dans ce projet. C’est pour nous une satisfaction de le faire dans le cadre d’une association mobilisant près de 200 membres, avec une parité qui s’illustre autant parmi les adhérents que dans les instances de l’association. Réfléchir à une plus juste place des femmes dans l’entreprise nous offre l’opportunité d’adopter un prisme genré et d’initier, pour la première fois, une conversation sur le sujet.

Dans une entreprise sans sexisme ordinaire, personne n’a peur d’innover, d’essayer ou d’échouer

Chez Les Hacktivateurs, nous oeuvrons à catalyser les transformations culturelles des organisations vers plus d’agilité, d’horizontalité, d’intelligence collective. Impossible d’y parvenir sans un climat de confiance, de bienveillance et d’inclusion !

Il ne s’agit pas seulement de faire évoluer les mentalités pour tirer davantage d’idées et de jus de crâne dans une logique instrumentale mais de contribuer à un environnement de travail plus respectueux et éthique. Une étude conduite chez Google et publiée récemment a permis d’établir le lien entre performance d’équipe et “sécurité psychologique” (psychological safety), soulignant le rôle bénéfique d’un environnement de travail à la fois stimulant et inclusif – et le rôle néfaste d’un environnement menaçant ou toxique. La diversité pour la diversité n’apporte rien en termes de performance, d’innovation… si chaque salarié ne se sent pas, avant tout, respecté et inclus en tant qu’individu, lorsqu’il tente quelque chose de nouveau, exprime ses idées et se montre tel qu’il est, dans son travail, comme le souligne IDEO, toujours suite à cette étude.

Établir ce climat requiert notamment d’éradiquer le sexisme ordinaire. Il se définit comme la banalisation de mots, de gestes ou de comportements, qui renvoient les femmes et les hommes à des stéréotypes de genre. Au-delà de la violence qu’il inflige directement à ses victimes, ce climat qui exclut, marginalise et infériorise, les empêche d’exprimer leur potentiel, et de s’exprimer tout court.

Les femmes en sont les victimes, les hommes aussi ! Non seulement le sexisme ordinaire n’est pas acceptable au plan éthique et doit être combattu par tous et partout, mais notre association est légitime à s’engager plus concrètement dans ce combat.

Peut-on hacker le sexisme comme on hack un processus ?

Face à un sexisme ordinaire qui pétrit la culture d’entreprise comme le reste de la société et appelle une révolution radicale des mentalités, tout semble avoir été dit, constaté, déploré : articles, livres, documentaires, TED talks, activisme à la Femen… Alors, on continue ou on pose la question différemment ?

En tant qu’hacktivateurs et hacktivatrices, nous avons une approche bottom up, maker, frugale et efficiente. Concrètement, hacker les organisations, c’est une disposition d’esprit et des outils, qui permet d’agir à l’échelle individuelle, de légitimer cette action, d’inciter tout un chacun à repousser les barrières, quitte à enfreindre certaines règles – en minimisant naturellement les risques. Autrement dit, nous militons pour sortir les salariés d’une certaine infantilisation victimaire qu’ils subissent, en leurs redonnant le droit de changer leur organisation de l’intérieur et des moyens d’action concrets “par le bas”, dans leur quotidien immédiat.

Le sexisme ordinaire est un exemple emblématique. Souvent, il tétanise les personnes qui en sont les victimes ou les témoins. “Réagir ? Comment ? Et au risque de passer pour une hystérique ? Une rabat-joie ? Un mauvais coucheur ? Tant pis, je prends sur moi, j’écrase.” Au contraire, il n’est plus question de cautionner en silence ces agissements !

C’est bien pour co-construire des réponses concrètes qu’une poignée d’hacktivateurs animera un workshop le 3 novembre prochain, en amont de la conférence TEDx ChampsElyséesWomen en faveur d’une plus juste place des femmes dans la cité.

Je réserve ma place et je demande à m’inscrire au workshop*

Equalicity

Je suis membre de l’association ? Je rejoins la conversation sur le channel Slack #tedxwomen

* NB : L’inscription au workshop sera proposée dans un second temps par email après le processus d’achat du billet terminé.

Co-rédacteurs : Ivanne Poussier, Olivier Taieb, Céline Chauveau, Joe Achkar


Laisser un commentaire